Station de Recherche Pluridisciplinaire des Metz

Animations et journées techniques

organisées par la SRPM, dans le cadre du programme Bocage, Richesses d’Avenir
lundi 23 octobre 2017 par SRPM

Sommaire :

Forum ressource bois bocage

Journées techniques :
Arbres têtards : exploitation & sauvegarde
Les arbres de mes haies pour une filière locale
Lancement de la filière locale bois plaquettes : journée des producteurs

Animations :
Savez-vous planter les haies ? à Dampierre sous Bouhy - 2016-7
Savez-vous planter les haies ? à Andryes - 2017
Balade "comprendre ce que je vois"

Forum ressource bois bocage


Lieu : Saint-Sauveur-en-Puisaye
Date  : 19.01.2018
Participants  : +200

Résumé de la journée :
Le Forum Ressource Bois Bocage a permis de restituer l’ensemble des résultats du programme "Bocage, richesses d’avenir en Puisaye Forterre". A cette occasion, le comité de pilotage tenu à organiser une journée présentant au mieux la diversité des acteurs du bocage et à leurs donner la parole.
Un cycle de conférence a donc été organisé :
- Gaëlle Massé, SRPM : "Synthèse des résultats du programme"
- Messieurs Perrigueur et Gold, commune de Millay 58 : "Chauffer la commune au bois plaquette local"
- Bénigne Colson, CdC Forêts Seine & Suzon 21 : "Développer une filière intercommunale bois énergie"
- Messieurs Adelphe de Taxis du Poët (CGSCOP) & Mathieu Accolas (SCIC BEB) - "Vers un partenariat public/privé équilibré pour structurer la filière locale"
- Etienne Bourgy, Chambre d’agriculture 58 : "Valoriser ses haies : quelles priorités pour les agriculteurs ?"
- Jean-Marie Baillard, EPL des Terres de l’Yonne : "Se saisir des enjeux agroforestiers dans l’enseignement"

L’après-midi, une démonstration technique a permis aux invités d’observer un chantier d’exploitation :
- Romuald Bardot, élagueur/grimpeur : "comment réaliser un élagage manuel en sécurité, et de façon à ne pas abîmer l’arbre ?"
- Hugues Barrey, agriculteur : "Cueillette et élagage de haie, mécanisés avec un grappin coupeur et remorque forestière"
- Tree-énergie Arbéo : "Élagage mécanisé à la cisaille forestière"
- CUMA Terr’eau : "Broyage des produits d’élagage pour produire des plaquettes"

En parallèle de ces activités, une salle entièrement dédiée permettait aux exposants de recevoir les curieux, afin de décrire leurs activités, mais aussi d’échanger entre professionnels.

Étaient présent, et nous les en remercions :
- Hargassner
- Fédération des eaux de PF / Régie rivière
- Noremat
- EPNAK ESAT Catagri
- Centre social et culturel de Puisaye Forterre
- Institut pour l’Entretien des Rivières
- Chargés de mission Natura 2000 et Territoire à Energie Positive de la CC de Puisaye Forterre
- TREE énergie / Arbeo
- Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne
- Alterre Bourgogne et le Réseau Bocag’haies de Bourgogne Franche Comté
- CUMA Terr’eau et FRCuma
- LEGTA des Terres de l’Yonne, La Brosse

Cette journée de rencontres, d’échanges, d’expositions, d’informations et de démonstrations conclut le travail de la SRPM et ouvre les perspectives du développement d’une filière bois énergie locale et de la valorisation du bocage de Puisaye - Forterre.

Arbres têtards : exploitation & sauvegarde

Lieu : Sainte-Colombe-sur-Loing
Date  : 09.03.2017
Participants  : 33
Intervenants  :
Romuald BARDOT – élagueur grimpeur
Hugues BARREY – exploitant agricole à Saint-Sauveur-en-Puisaye

Résumé de la journée :
Le 9 mars 2017, une quarantaine de professionnels (agriculteurs, exploitants etc.) ont participé à une démonstration de taille/élagage d’arbres têtards à Sainte-Colombe-sur-Loing.

Romuald Bardot, élagueur grimpeur, a fait la démonstration d’un élagage manuel, à la tronçonneuse, sur une trogne.
Pour un arbre têtard, il est important lors de l’élagage de laisser 2-3 « tire-sèves ». Il s’agit de branches conservées lors de la taille qui vont agir comme une pompe pour pouvoir faire monter la sève dans l’arbre. Cela permettra à l’arbre de faire de nouvelles branches au printemps.
2 à 3 ans plus tard, une fois que de nouvelles branches vigoureuses ont repoussé, on peut couper les tire-sèves laissés auparavant.

Romuald a ensuite montré comment étêté un jeune arbre de maximum 3-4 ans pour bien débuter un nouvel arbre têtard.


Une démonstration de taille mécanisée avec un grappin-coupeur a également été animée par Hugues Barrey, agriculteur aux Metz.
Hugues utilise la remorque forestière de la CUMA Coppensil, sur laquelle est fixé un grappin sur bras qui permet de prélever du bois (diamètre maximum 15 cm) en "cueillette".
Il peut ainsi précisément sectionner les branches dont il a besoin, qu’il transforme en copeaux pour alimenter la chaudière du hameau.

Les arbres de mes haies pour une filière locale

Lieu : Mézilles
Date  : 19.09.2017
Participants  : 45
Intervenants  :
Thierry PEYRTON – Fédération de Chasse du 71
Nadia BARUCH – Centre Régional pour la Propriété Forestière

Résumé de la journée :
Le 19 septembre 2017, a été organisée une journée technique "Les arbres de mes haies pour une filière locale" à destination des propriétaires et gestionnaires de haies. Cette journée visait à donner des conseils de gestion, d’exploitation et d’entretien des haies sur des cas concrets, en fonction des faciès des haies choisies par un exploitant agricole sur ses parcelles.
Cette journée, animée par Thierry Peyrton de la fédération de chasse du 71, et Nadia Baruch du Centre Régional pour la Propriété forestière, a réuni 45 personnes, agriculteurs, élus locaux, propriétaires forestiers mais aussi charpentiers et chasseurs.

Lancement de la filière locale bois plaquettes : journée des producteurs

Lieu : Saint-Sauveur-en-Puisaye
Date  : 31.10.2017
Participants  : 20 environ
Intervenants  :
Hugues BARREY – exploitant agricole Saint-Sauveur-en-Puisaye
Benjamin PINEL – Animateur CUMA Terr’eau
Nicolas NOËL – Conducteur d’engin agricole
Laurent CORNU – responsable d’un groupement solidaire d’agriculteur dans la Nièvre

Résumé de la journée :
Le mardi 31 octobre 2017, la CUMA Terr’eau et la Station de Recherche des Metz ont réuni une vingtaine de producteurs potentiels de plaquettes bocagères, engagés ou curieux, dans le cadre du lancement de la filière bois énergie locale.

Ceux-ci ont assisté à une démonstration de broyage par la CUMA Terr’eau chez Hugues Barrey, agriculteur à Saint-Sauveur-en-Puisaye. Ils ont ensuite pu profiter de l’expérience de Laurent Cornu, un agriculteur nivernais qui vend son bois en plaquette en répondant à des appels d’offres publics.

Benjamin Pinel, animateur de la CUMA Terr’eau, a tout d’abord exposé le mode de fonctionnement de la coopérative, basé sur la mutualisation du matériel agricole.
Tout Nivernais peut s’inscrire dans la CUMA en prenant une part.
Pour les Icaunais, pas de soucis ! Les CUMA de l’Yonne peuvent passer par une demande de prestation à la CUMA Terr’eau, ce qui permet à cette dernière de travailler dans le département. De plus, la CUMA Terr’eau s’organise en tournée de broyage, se déplaçant pour des volumes de bois modestes comme pour des plus gros.
Les personnes présentes ont ensuite pu voir en action le broyeur, piloté par Nicolas Noël, dont les caractéristiques sont détaillées ci-dessous :

Ce broyeur de 3 tonnes, équipé d’un grappin, accepte des grumes pouvant aller jusqu’à 60 cm de diamètre.
Son important débit de chantier permet de broyer 70 à 100 m3 de bois par heure en fonction de la proportion de branches/troncs, et des essences.
Il en ressort des plaquettes bocagères de calibre 20 à 50 mm.

Après avoir vu la machine en action, Laurent Cornu, responsable d’un groupement solidaire d’agriculteur dans la Nièvre, a expliqué comment s’organise le stockage et la vente de son bois.

Les agriculteurs du groupe organisent ensemble la production, mais un seul exploitant répond à l’appel d’offres. Le principe est que si l’un ne peut pas fournir, l’autre doit suppléer au besoin. Monsieur Cornu a insisté sur la nécessité d’avoir un bon lieu de stockage, bétonné, afin de garantir une bonne qualité de plaquette, sans cailloux, ni autre déchets.

Il faut préciser que ce qui coûte le plus cher, c’est le transport, et que pour être rentable, M. Cornu livre dans les 15-20 km autour de chez lui au plus loin.

Pour plus d’informations sur la CUMA Terr’eau et les tarifs des broyeurs, contactez :
Benjamin Pinel :
benjamin.pinel@cuma.fr
03.86.93.40.25

Rappel lexique :

CUMA  : Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole

MAP  : Mètre cube apparent plaquette

Plaquette bocagère (ici à gauche) : Broyat de troncs et de branches provenant d’arbres issus des haies. Il en résulte des petits copeaux de bois de 2 à 5 cm de long, large de 2 à 3 cm et épais d’autant. Ils servent de combustibles pour des chaudières spéciales.

Savez-vous planter des haies 2016 ?


Lieu : Dampierre-sous-Bouhy
Date  : 25.11.2016
Classes présentes : CE2, CM1, CM2 de Treigny et Dampierre-sous-Bouhy

Résumé de la journée :
Le 25 novembre 2016 les élèves (CE2, CM1, CM2) de Treigny et Dampierre-sous-Bouhy ont planté une haie le long du local technique de Dampierre.

Le 8 juin ils se sont retrouvés sur place pour observer, comprendre l’évolution des plants, désherber, arroser et pailler (avec des copeaux) la haie, pour l’aider à passer l’été.
Les plantes collectées ont été la base d’une animation sur le rôle des dites "mauvaises herbes" qui au final ne le sont pas tant que cela !

Pour la plantation, plus de 150 plants de 18 essences différentes avaient été collectés et mis en terre pour composer une haie de 25 mètres environ, sur le talus devant l’atelier communal de Dampierre-sous-Bouhy.

Divers ateliers étaient mis en place par la SRPM et les associations Respire, Chemins ouverts et De l’eau aux étoiles : plantation, création de boutures, découverte de la mare, fabrication d’étiquettes pour les plants.

Savez-vous planter des haies 2017 ?


Lieu : Andryes
Date  : 24.11.2017
Classes présentes :
CE2, CM1, CM2 de Molesmes et Etais-la-Sauvin
Une vingtaine d’adultes

Résumé de la journée :
Le vendredi 24 novembre 2017, les élèves des Hauts de Forterre (Molesmes-Taingy-Fontenailles) et d’Etais-la-Sauvin se sont réunis, rejoints par de nombreux parents d’élèves et élus des communes concernées pour planter une haie à Andryes et visiter son marais.
Les élèves avaient au préalable étudié la végétation des haies et passé commande aux adultes pour recevoir diverses essences à planter. Plus d’une centaine de plants d’essences locales, pour une vingtaine d’espèces différentes ont été rassemblés par les parents et les communes.
Ainsi, les enfants ont pu en une matinée planter la haie, participer à un atelier de tressage de saule organisé par l’institut d’entretien des rivières et se défouler lors d’un rallye photo à la découverte du végétal.
L’après-midi, après un repas bien mérité, Sylvain Noël a guidé les élèves à travers le marais d’Andryes pour leur faire découvrir cet écosystème et ces particularités.

Balade "comprendre ce que je vois"


Lieu : Buisson-Saint-Vrin
Date  : 20.07.2017
Participants  : 24 personnes
Intervenants  :
Office du Tourisme
Alice de Vinck, botaniste et historienne, membre SRPM

Contexte :
• Pendant des centaines d’années du minerai de fer a été extrait et fondu dans des bas-fourneau ; C’est l’Age du fer (outils, armes)
• Géologie : le Buisson-Saint-Vrin se situe en limite de Puisaye et bientôt dans la Champagne Aillantaise à sous-sol crayeux (cénomanien).
• Paysage : la forêt est là, avec des clairières correspondant à des coupes, des extractions de « minerai », des bas-fourneaux, et des meules à charbon de bois. Cette activité va durer des siècles au point d’être ré exploités au début du 20ème siècle.

Le flottage :
Vers 1720, a lieu la mise en route du flottage sur le Vrin. Le ru Saint-Vrin prend sa source à la fontaine dite de Saint-Vrain. Il était dit flottable à partir de l’étang de Fourolles et servait à l’exploitation des bois depuis Villiers St Benoît jusqu’à Cézy.
A la fin du Moyen-Age, le bois est alors le combustible le plus utilisé aussi bien pour les activités domestiques qu’artisanales et pré-industrielles.

A la mi-novembre, on pratiquait le "petit flot". Les vannes des étangs étaient ouvertes pour renforcer le faible débit du cours d’eau. Le bois y était jeté et arrivait dans un port en aval où il était trié, entassé pour être remis à l’eau quelques mois plus tard.
En mars s’effectuait le "grand flot" avec un lâcher des eaux retenues dans les étangs pour créer une crue artificielle. Il rejoignait alors le port de Cézy pour être à nouveau trié avant de pouvoir former les trains qui flotteront dans l’Yonne jusqu’à Paris.

Les hommes sont embauchés pour le flottage et sont répartis le long du Vrin jusqu’à Cézy. Pour le ru du Bourdon jusqu’à Rogny on emploie une centaine d’hommes ; cela suppose que les berges sont dégagées de toute végétation ou tout au moins de nombreux accès pour débusquer les bûches arrêtées. Le flottage est un travail harassant, les hommes démarrent tôt le matin et vont travailler tant qu’il fait clair.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 141 / 29574

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bocage, richesses d’avenir en Puisaye - Forterre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License